Mutuelles de santé : utilisation inégale des paniers de soins inclus dans la réforme 100% Santé

La Cour des comptes a publié le premier rapport sur le dispositif « Zéro reste à charge ». Les résultats sont plutôt mitigés avec des différences dans les taux d’utilisation des paniers de soins proposés. Contrairement aux soins de la vue, les prothèses dentaires et auditives réussissent. Ces derniers peinent à attirer les Français.

La réforme du 100% santé est en vigueur en France depuis le 1er janvier 2021. Le dispositif a été créé dans le but de supprimer le reste à charge des soins optiques, dentaires et auditifs. Ainsi, un remboursement complet est offert pour une liste pré-spécifiée d’appareils. Un rapport publié le jeudi 28 juillet 2022 fera le point sur l’efficacité de cette réforme. Il met en évidence le nombre limité de patients ayant utilisé le matériel optique inclus dans l’appareil. Cependant, leur nombre a augmenté pour les services dentaires et auditifs. Par conséquent, selon ce rapport, certaines corrections doivent être apportées.

Trouvez la meilleure mutuelle santé

Un manque d’information

Un manque d’information

Au début de cette évaluation, la Cour relève plusieurs lacunes qu’il convient de combler. L’une d’elles concerne la mise en place d’une solution complète de tiers payant. En effet, certains professionnels de santé ne le font pas. Il peut être difficile pour les bénéficiaires d’accéder aux soins sans personnes à charge. Même s’ils ont, après consultation d’un pair évaluateur, conclu un contrat qui couvre leurs besoins. Parallèlement, l’institution recommande d’élaborer un questionnaire d’évaluation à envoyer aux Français.

À Lire  Assurance auto : faut-il vraiment passer à la concurrence pour faire des économies ?

La Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) a déjà préparé son bilan récemment. Ce rapport indique que seuls 53% des Français connaissent à 100% le système de santé. Outre le caractère inconnu de l’offre, la Cour des comptes souligne à son tour l’incertitude quant à son coût. Selon le ministère de la Sécurité sociale, il devrait avoisiner les 170 millions d’euros.

Néanmoins, le rapport, publié le 28 juillet 2022, pointe un manque de communication entre les acteurs concernés. Il s’agit notamment de l’assurance maladie, des organismes complémentaires de santé et du ministère. Cependant, il est utile pour estimer le coût réel des offres exécutées. De plus, il n’existe actuellement aucun outil permettant de gérer les dépenses engagées. Dès lors, la Cour des comptes craint des coûts supplémentaires pour les bénéficiaires.

Trouvez la meilleure mutuelle santé

Les frais pour les équipements optiques étaient déjà réduits avant la réforme

Les frais pour les équipements optiques étaient déjà réduits avant la réforme

Un autre point soulevé dans ce rapport concerne les inégalités dans l’utilisation des soins prodigués. Les appareils optiques sont les moins convaincants. La Cour note que le système est rarement utilisé pour ce type de service. L’explication peut être donnée par l’existence d’offres sans prime avant même l’apparition de la réforme. Aussi, les coûts supportés par les patients ont déjà été réduits dans ce secteur par rapport aux deux autres.

Dans le même temps, le rapport met en lumière les changements qui ont pu freiner les patients. En effet, le montant pris en charge par l’assurance maladie a été réduit de zéro à payer. Cette réduction s’applique aux appareils du panier gratuit. Le plafond de remboursement de la complémentaire santé pour les montures a également été abaissé.

À Lire  Le bourgmestre de Forbach veut rapprocher sa ville du Luxembourg

Cependant, dans le cas de la dentisterie, 55 % des services fournis utilisaient le système de santé à 100 %. Le nombre de patients sollicitant ce type de soins a également augmenté. En 2021, 5,16 millions de Français l’utilisaient, contre 4,4 millions en 2020. En 2019, ce chiffre était de 4,75 millions.

Pour les soins auditifs, 40 % des appareils proposés ont été entièrement remboursés. Le nombre de malades s’est également multiplié, atteignant 0,7 million en 2021, l’an dernier les spécialistes en avaient enregistré 0,45 million.

Laisser un commentaire