Nos 10 astuces pour utiliser la perlite au jardin et en pot

► Qu’est-ce que la perlite ?

La perlite est une silice expansée qui se présente sous forme de mini-sphères gris pâle très légères provenant de roche volcanique. Broyé puis chauffé à très haute température (900 à 1200 °C), il se dilate jusqu’à vingt fois. De multiples et minuscules cavités sont creusées dans les particules formées par le broyage, ce qui lui confère des propriétés très intéressantes au jardin, où elle est utilisée comme support de culture, seule ou en mélange avec du terreau, de la terre de jardin, de la fibre de coco, de la tourbe.

Intégré au sol compacté, il l’allège et lui confère les propriétés drainantes et aérantes qui lui manquent. Parfois la perlite est remplacée par de la vermiculite, également un minéral, traitée à 900°C pour qu’elle gonfle. Dans la vermiculite, ce ne sont pas des cavités qui se forment mais une stratification qui la rend légère et aérée.

♦ Conseil numéro 1 : utiliser la perlite lors des semis

♦ Conseil numéro 1 : utiliser la perlite lors des semis

Nous l’aimons pendant le semis. La perlite remplace le sable dans le terreau, pour l’alléger, l’aérer et le drainer, offrant un substrat idéal pour accueillir les graines. La germination est facilitée par sa légèreté et sa teneur en eau : les vides de la perlite lui permettent d’absorber 4 à 5 fois son poids en eau qui se libère progressivement. Le support n’étant jamais trop humide, le risque de déshumidification est évité.

♦ Conseil numéro 2 : réduire l’humidité

♦ Conseil numéro 2 : réduire l’humidité

Pour les boutures étouffées, l’utilisation de perlite aide à prévenir l’excès d’humidité. La porosité de ce matériau, capable d’absorber bien plus d’eau que ne le laisse supposer sa petite taille, et sa légèreté, notable car facile à manipuler, en font une ressource importante. Cependant, comme tous les matériaux non renouvelables, il doit être utilisé avec parcimonie.

♦ Conseil numéro 3 : un allié pour les boutures semi-aoûtées

♦ Conseil numéro 3 : un allié pour les boutures semi-aoûtées

Les boutures à moitié mûres se portent mieux dans la perlite. Ce sont surtout les sous-arbrisseaux – ou demi-arbrisseaux – qui sont ainsi coupés, en été, dont de nombreux aromatiques et médicinaux. Ces plantes aux tiges non herbacées forment un petit bois qui ne disparaît pas en hiver. Lavande, thym de toutes sortes, hysope, sels, romarin, santoline, teucrium, hélichryse, sauge microphylla et ses cousines, certains moûts, verveine citronnée… Et la sauge officinalis.

À Lire  Planter des tomates cerises en pot ? Ne ratez pas le bon moment !

Le mois d’août facilite la multiplication des bois à moitié graissés, c’est-à-dire les tiges de cette année qui sont sur le point de devenir du bois. Préparez un substrat composé de terreau et de perlite. Placez les boutures à l’ombre douce. Le substrat doit rester frais mais pas humide, et la perlite est parfaite pour cet équilibre. Ces bébés ont besoin d’être un peu cocoonés en hiver, avant d’être plantés au printemps. L’idéal est de les installer sous châssis ou dans une serre froide, afin que l’humidité de l’hiver ne les fasse pas pourrir. Et là, la perlite a encore une bonne qualité : elle devient un bon isolant, puisqu’elle contient de l’air.

♦ Conseil numéro 4 : pour les cactus

Bien que les cactus, peu gourmands, vivent d’amour, de lumière et d’eau fraîche, ils ont besoin d’un minimum de terre. Un rempotage tous les deux ou trois ans est suffisant. Prenez un pot dont le diamètre est plus grand que le précédent, pas plus. Dans un pot trop grand, les racines pousseraient sur les bords, laissant le cœur vide. Utilisez une pince spéciale cactus pour les manipuler. Utilisez un substrat spécifique pour cactus, très drainé, contenant de la perlite. Quelques cuillères à café d’eau chaque semaine leur suffisent.

♦ Conseil numéro 5 : pour les orchidées

Lors du rempotage des orchidées, la perlite a son rôle à jouer. Dans leur pays d’origine, les orchidées vivent dans les arbres, s’accrochent aux branches, ou parfois s’aplatissent sur les rochers. Ce sont des plantes épiphytes. Leurs racines embrassent leur support et se nourrissent d’humidité et de feuilles mortes décomposées. S’ils boivent de l’eau de pluie, ils tolèrent difficilement le calcaire, sauf pour ceux qui vivent sur les pierres, par exemple le paphiopedilum. Pour réussir en pot, il faut leur proposer un substrat neutre, composé d’écorces, de mousse et de perlite ! Ce mélange est juste là pour les maintenir en place et pour garder l’humidité à l’intérieur.

♦ Conseil numéro 6 : pour les plantes d’intérieur

Pour vos plantes d’intérieur, la perlite, ajoutée au terreau pour plantes en pot, évite que ce substrat ne se gorge d’eau, tout en le reconstituant en cas d’oubli d’arrosage ou d’absence de quelques jours.

À Lire  Les conseils de jardinage de Marie Marcat : l'art de tous les jardins...

♦ Conseil numéro 7 : en collerette

En sol lourd, lors de l’installation d’une plante en pleine terre qui a besoin d’un sol très drainé – thym, romarin, etc. – il est souvent judicieux de placer une collerette de gravier autour de la collerette, pour l’isoler du sol. La perlite joue ce rôle, équilibrant le besoin en eau tout en protégeant contre l’humidité stagnante.

♦ Conseil numéro 8 : un usage en culture hydroponique

En culture hydroponique, la perlite fait des merveilles. Cette culture est réalisée sur un substrat neutre et inerte – par exemple la perlite – avec uniquement une solution nutritive. La technique est facile à mettre en place, les racines des plantes puisent eau, sels minéraux et nutriments.

♦ Conseil numéro 9 : végétaliser les toits

Pour les toits verts. La légèreté de la perlite est particulièrement utile pour composer un substrat qu’un toit peut supporter. Pour maîtriser l’impact de la construction sur l’environnement, des maisons écologiques, voire des villages écologiques, se développent un peu partout, et les toits verts sont en vogue. Ils ont longtemps orné les maisons privées et les bâtiments publics, copiés sur l’observation : avec l’aide du vent et des oiseaux, l’herbe se balance près d’une cheminée, sedums et mousses colonisent les toits des granges.

Il est donc facile d’imiter la nature. Bien choisies, les plantes protègent l’étanchéité de la toiture et améliorent la climatisation du bâtiment. L’entretien est minime, mis à part un bon désherbage la première année. Les sedums sont parfaits pour ce travail, ainsi que les mini iris, poireaux, œufs, œillets…

♦ Conseil numéro 10 : manipuler avec précaution

Attention : la perlite est très cassante et dégage une poussière qui irrite les yeux et les voies respiratoires lors de sa manipulation, surtout en intérieur. Si nécessaire, utilisez un masque pour éviter de l’inhaler, humidifiez-le pour qu’il émette moins de poussière.

Laisser un commentaire