Patricia Le Thien : Française retraitée au Vietnam – 28 ans de vie à Ho Chi Minh Ville

Patricia a déménagé au Vietnam avec son mari Dam il y a 28 ans. Basée à Ho Chi Minh Ville, elle y est aujourd’hui retraitée. Le Petit Journal souhaite recevoir ses retours sur le fait de vivre au Vietnam.

Cette interview est la quatrième d’une série de témoignages d’expatriés vivant au Vietnam. Qu’est-ce qu’ils ont tous en commun ? Ils ont tous choisi de s’installer définitivement au Vietnam. Patricia Le Thien a fait le choix de poursuivre sa carrière d’enseignante à l’étranger et prend sa retraite au Vietnam.

« J’ai pu tourner la page et je profite pleinement de ma retraite », annonce la couleur…

Pour découvrir les autres interviews sur le thème de la retraite au Vietnam, poursuivez votre lecture avec JR, le retraité américain au Vietnam, Hiroshi, le retraité japonais au Vietnam ou encore Josette, une retraitée de 82 ans vivant à Ho Chi Minh Ville.

Interview d’une retraitée au Vietnam

Interview d'une retraitée au Vietnam

D’où venez-vous et qu’avez-vous fait avant de vous installer au Vietnam ?

J’ai commencé ma carrière comme instituteur en 1979 après ma formation à l’EN d’institutrices d’Arras. En 1988, l’année de notre mariage, mon mari – Dam – et moi sommes partis pour les Yvelines où nous sommes restés jusqu’en 1994, année de notre départ pour Saigon, avec notre fille alors âgée de 4 ans.

1er avril 1994. Dam m’annonce qu’il a l’opportunité de travailler au Vietnam. Nous avions prévu de tenter cette expérience pendant 3 ou 4 ans et j’avais prévu de prendre quelques congés sabbatiques pour faire connaissance avec ma belle-famille, découvrir le pays, apprendre le vietnamien…

Pendant les vacances d’été, nous visitons l’école Colette afin d’y inscrire Yoanna… J’y travaillerai jusqu’à la fin de son fonctionnement et même au-delà puisque j’ai pris ma retraite en 2016 au lycée Marguerite Duras !

J’ai donc enseigné 15 ans en France et 22 ans au lycée français d’Ho Chi Minh Ville, dont 16 à l’école Colette et 6 au LFI M. Duras en tant que professeur des écoles, avec un contrat résidentiel avec l’AEFE.

Puisque vous êtes marié à un Vietnamien, quels sont les liens qui vous ont fait (re)venir ici ? Qu’est-ce que cela signifie pour toi?

À Lire  Crêches-sur-Saône. Il fume du CBD et ne pense pas être positif à propos du cannabis

Dam est né à ThaTrang. Adolescent, il quitte son pays avec son frère comme beaucoup de boat people à cette époque et fait ses études secondaires et universitaires en France, avec 4 de ses frères et sœurs.

Le frère et les deux sœurs de Dam parlent français à la maison et les parents sont francophiles.

Nous visitons souvent cette station balnéaire au milieu du Vietnam où ils vivent. Nous entretenons de bonnes relations et nous multiplions les occasions de nous rencontrer : cérémonies, événements, repas de famille…

Malheureusement, je ne parle toujours pas couramment le vietnamien malgré l’envie de l’apprendre à mon arrivée et, bien plus tard, malgré la promesse faite à ma belle-mère le jour de ma retraite. Seulement si vous n’avez pas besoin d’apprendre une langue : travaillant toute la journée dans une école française, avec de la famille et des amis qui parlent français ou anglais, je n’ai réussi à connaître que quelques mots. Je peux, cependant, comprendre le sens général d’une conversation. Mais je ne désespère pas de m’inscrire un jour à l’université des langues. Hélas, l’addiction était due au Covid et avant cela, la recherche pour écrire mon livre.(*)

Nous avons adoré et aimons toujours notre vie au Vietnam. Nous avons l’intention d’y rester le plus longtemps possible. Nous revenons une à deux fois par an dans le Nord et la région parisienne car nous sommes très liés à notre famille et nos amis là-bas et à la France également qui nous séduit toujours par ses paysages et sa culture.

Si nous sommes arrivés au Vietnam suite au travail de mon mari, nous y sommes restés grâce bien sûr à ses racines vietnamiennes mais surtout grâce à l’école Colette Colette où j’ai particulièrement apprécié travailler et où j’ai rencontré des gens formidables.

J’ai écrit mes souvenirs :

* « L’école Colette, pas oubliée ou l’histoire de l’école française d’Ho Chi Minh Ville ».

À Lire  La vente de CBD continue dans le Cher

Quelles sont les principales activités que vous pratiquez ici au Vietnam pour profiter pleinement de votre retraite ?

Les gens me demandent souvent si je ne m’ennuie pas depuis que j’ai arrêté de travailler… Bien sûr que non ! J’ai enfin le temps et l’opportunité de faire ce que je veux et ce que j’aime.

J’ai pu tourner la page et je profite pleinement de ma retraite.

Je lis beaucoup et fréquente souvent la médiathèque de l’IDECAF.

Je marche et fais du yoga. Juste avant la pandémie, un ami et moi avons fait une incroyable retraite de yoga à Da Lat.

Responsable de la bibliothèque, je participe activement aux événements et activités de l’AFV-SA.

Je fais partie de la chorale internationale où j’ai rencontré des gens de nombreux pays. Chanter me procure beaucoup de plaisir.

Quels sont les principaux avantages et inconvénients de prendre sa retraite au Vietnam par rapport à la France ?

La vie est beaucoup moins chère qu’en France à tous points de vue : loyer, nourriture, excursions, voyages… On y trouve à peu près tout : vêtements, chaussures… autant de choses sont fabriquées ici.

Les soins médicaux sont de haute qualité et ne nécessitent pas de longs délais d’attente. J’ai trouvé les spécialistes dont j’avais besoin et presque tous les produits pharmaceutiques, équipements et dispositifs médicaux.

Retraite, assurance maladie, visa : comment ça marche pour vous ?

Je bénéficie d’une retraite de l’Etat qui me permet de vivre sans franchise mais sereinement avec la CFE et une mutuelle nationale d’éducation, qui s’ajoute à la sécurité sociale obligatoire pour les soins en France.

Mon mari est français d’origine vietnamienne, notre famille bénéficie d’une dispense de visa de 5 ans. Mais nous devons quitter le pays tous les 6 mois, ce qui n’est pas un problème car nous revenons régulièrement en France.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui envisagent de prendre leur retraite au Vietnam ?

Il n’y a pas de problèmes tant que vous êtes authentique et entouré.

Si ma situation devait changer, je ne pense pas qu’il me serait possible de rester au Vietnam.