Paxful annule Ethereum

L’échange Paxful a retiré Ethereum de l’échange. Ses 11,6 millions de clients, majoritairement africains, ne pourront plus acheter d’ETH.

Maxi Paxful

Ethereum ne sera plus disponible à partir du jeudi 22 décembre. Le PDG de paxful, une bourse très populaire en Afrique et notamment au Nigeria, s’en est expliqué dans une lettre adressée à ses clients.

« Voici les raisons pour lesquelles je retire l’ETH de Paxful :

Le PDG de Paxful poursuit en écrivant que l’industrie est assiégée et « il est de notre responsabilité de protéger nos utilisateurs encore plus qu’avant ». « Nous ne sommes pas parfaits, mais nous ferons toujours ce qui est juste, même si ce n’est pas populaire, même si cela nous coûte de l’argent. »

Cette nouvelle intervient après une autre lettre envoyée quelques jours plus tôt dans laquelle Ray Youssef exhortait ses clients à retirer les bitcoins de son échange :

« Mon seul devoir est de vous servir. C’est pourquoi je vous écris aujourd’hui avec une demande de retrait de bitcoins dans vos propres portefeuilles. Ne conservez pas vos économies dans Paxful, uniquement ce que vous souhaitez échanger.

Pourquoi ? Pendant trop longtemps, nous avons fait confiance aux autres pour détenir notre argent, mais comme nous l’avons vu en 2008 et plus récemment avec FTX, nous sommes à la merci de la moralité de ces tiers de confiance. Bitcoin nous donne une chance de prendre enfin le contrôle et nous devons la saisir. »

Clap de fin pour Ethereum ?

Le pastiche bitcoin créé par Vitalik Buterin et plusieurs associés a été critiqué par les critiques depuis le passage à Proof-of-Stake. Une critique est qu’il est beaucoup plus facile de prendre le contrôle de la monnaie en PoS.

À Lire  Dogecoin Future : Quelles sont les prévisions de prix DOGE ?

Achetez juste assez d’ETH pour en prendre le contrôle pour toujours. Ce n’est pas le cas avec le bitcoin, car vous pourrez toujours acheter plus de machines pour contrer un attaquant potentiel. De plus, en cas de panne, il est beaucoup plus facile de revendre des ETH que des machines de minage.

En fait, Ethereum n’est pas décentralisé. Le fait que nous ayons des hard forks tous les quatre mois en est la preuve.

Pour aggraver les choses, les personnes qui dirigent Ethereum veulent clairement que les banques centrales l’utilisent pour leurs CBDC. Voici ce que Joseph Lubin, co-fondateur d’Ethereum et fondateur de ConsenSys, a déclaré lors du lancement du World Economic Forum Consortium on CBDC :

« Nous saluons les efforts du WEF dans la recherche active sur les monnaies numériques, y compris celles basées sur la blockchain. Ils permettront aux banques centrales de conserver leur rôle de gardiennes de l’économie. L’avenir de l’argent est numérique. Les banques centrales et le secteur public ont un rôle clé à jouer pour assurer un avenir durable, inclusif et positif à la société. »

Le fait est qu’Ethereum a la pole position pour servir d’architecture à la CBDC. Bank of Norway s’appuie entièrement sur son code pour créer sa propre CBDC.

De nombreux développeurs d’ETH qui s’engagent à défendre la philosophie de la décentralisation risquent d’être embauchés par les banques centrales. Ironique.

Enfin, n’oublions pas que ceux qui ont verrouillé l’ETH dans les nœuds de validation PoS ne peuvent pas le retirer. Le code pour cela n’a pas encore été écrit… Sans oublier que plus de 75% des transactions sont désormais conformes à l’OFAC…

À Lire  Le directeur de Binance déclare que les investisseurs de détail se tournent vers le Bitcoin (BTC) au milieu de l'inflation galopante de la crypto : rapport

Obtenez un tour d’horizon de l’actualité des crypto-monnaies en vous inscrivant à notre nouvelle newsletter quotidienne et hebdomadaire afin de ne manquer aucun des faits saillants de Cointribune !

Journaliste couvrant la révolution Bitcoin. Mes articles traitent du bitcoin à travers une lentille géopolitique, économique et libertaire.