Peut-on analyser la crypto-monnaie sans se vexer ?

Le logo Bitcoin, vu lors de la Bitcoin Conference 2022 à Miami en avril dernier.

IMAGES D’AMÉRIQUE DU NORD DE MARCO BELLOGETTY Getty Images via AFP

Terrain miné

C’est la question que se pose l’économiste Jean-Paul Betbeze face aux réactions suscitées par ses analyses sur le Bitcoin et autres cryptos.

OK, c’est le risque. Mais encore faut-il parler des drames les plus récents qui ont secoué le secteur ! SBF, pour Sam Bankman-Fries, ancien patron de FTX, la troisième plus grande plateforme de crypto-monnaie au monde, mais en faillite depuis un mois, a été arrêté le 12 décembre aux Bahamas. Il y a vécu avec sa petite équipe, ce qui n’est pas désagréable, avant de se rendre dans un New York plus froid, où les autorités l’attendent. Pendant ce temps, les clients de cette plateforme, on parle de 100 000 personnes (?), recherchent les milliards de dollars qu’ils ont déposés pour acheter ces fameuses crypto-monnaies : on parle de 240 milliards de dollars (?). Le titre FTX, qui cotait 25 dollars le 10 décembre, vaut 1,4. Depuis, d’autres plateformes nous ont quittés, on parle de Celsius et Voyager Digital.

La secousse SBF-FTX est donc très forte et probablement pas terminée. Cependant, Bitcoin, qui était passé de 17 000 $ à 16 000 $ cette fois, se redresse progressivement. Preuve qu’il n’est pas mort diront les cryptolatères. Alors ne le jugez pas, ne le confondez pas avec ces jeunes téméraires qui jouent avec des milliards. Le bitcoin est la nouvelle monnaie du monde, celle qui libérera l’individu de l’emprise de ces quelques structures anonymes, celles aux mains de quelques-uns, cachées derrière la banque centrale américaine (la Fed) ou européenne (la BCE) et qui nous a commandé.

À Lire  Sur Binance, il est désormais possible de vendre des Bitcoins et des crypto-monnaies en euros qui sont directement envoyés sur votre carte bancaire Visa

Mais tout de même, il ne faut pas oublier que Bitcoin navigue vers les 70 000$ en novembre 2021. On retrouve également les mêmes chutes pour Ether ou Binance : après une telle chute, tous les « cryptos » ça se redresse et rampe. Quelle objection ! Peut-être se souviennent-ils de la splendeur de leur passé et se croient-ils immortels. Ensuite, ils tournent tous autour de Bitcoin, comme autant de satellites autour du soleil. Cela ne les empêche pas de se concurrencer, de se démarquer, autrement dit de se faire acheter et de monter plus haut ! Il n’est cependant pas facile de jouer pour soi : les cryptos montent et descendent ensemble, sous réserve de son attraction solaire et de l’actualité. Une attraction qui continue, même quand une autre plateforme saute, comme BlockFi le 28 novembre, ou quand Terra/Luna disparaît en une journée, qui prétendait avoir une relation stable avec le dollar et ne tient pas son engagement, que même Diem au début de l’année. Mourir? C’était son nom de famille : quelques années auparavant, en 2019, était née la Balance, qui rêvait que cette fois-ci elle était la monnaie la plus stable du monde, et donc meilleure que le dollar. Mais il doit battre en retraite : c’était trop, et les politiciens américains ont vu le danger (pour leur pays) en frappant fort. Puis Mark Zuckerberg, qui avait réuni 28 amis milliardaires sur ce projet, est rapidement passé de Libra à Diem, puis de la Suisse aux États-Unis, puis de cette monnaie super stable à l’r dollar, puis de Diem à rien, en février 2022 Aujourd’hui, on attend ce qu’il adviendra de sa dernière idée : le Metaverse et la couvée de cryptos qui en fraient.

À Lire  BFM Crypto, Club : Le Conseil européen a approuvé mercredi le texte définitif du MICA, que faut-il retenir ? - 06/10

Mots-Clés