Plus de 800 000 euros arnaqués à une famille française au Maroc

Sous couvert d’une proposition d’investissement Bitcoin, un jeune marocain a monté un plan pour soutirer plus de 800 000 euros à une famille française et ses proches. Une action en justice a été déposée pour une arnaque à la crypto-monnaie à Marrakech.

L’arnaque au Bitcoin a débuté en 2020. Le fraudeur présumé est Yassine*, un jeune homme de 22 ans issu d’une famille nombreuse qui s’est allié à la fille de Michel*, un Français installé au Maroc depuis 12 ans. Ecole Américaine de Marrakech. Tous deux faisaient partie d’un « groupe d’amis proches, les parents se connaissaient et se voyaient souvent ». Des années plus tard, il « s’est présenté comme un expert en placements financiers rentables et sûrs ». Au début, il a réussi à convaincre ses anciens amis d’investir un peu. Après cela, il est temps pour les parents de doubler la mise.

Lire : Maroc : la police cible les centres de crypto-monnaie et en arrête plusieurs

Michel, son petit-fils, sa fille aînée, son gendre et sa belle-mère ont dépensé tout ce qu’ils avaient économisé. Une famille française, dont le père est milliardaire, ainsi que trois autres familles marocaines, ont investi beaucoup d’argent dans le bitcoin. « Quand on a mis 200.000 DH, il nous a dit peu de temps après qu’on avait gagné en 50.000 DH. L’appât était incroyable. C’était tout l’été. Quand est venu l’automne, il a commencé à demander plus d’argent aux gros investissements », raconte Michel. Infos H24.

Lire : Belgique : Le cas d’un Marocain, qui a organisé un groupe d’escrocs appelé « SMS Fishing »

Pour compléter son plan, Yassine leur a envoyé des contrats en novembre. Il leur a fait croire qu’ils obtiendraient 12% de profit chaque mois. Le transfert a lieu au cours des prochains mois. Contre toute attente, Michel a reçu un appel téléphonique d’un client en février. « Nous avons un gros problème », a-t-elle déclaré. « Nous sommes rentrés au Maroc fin février. J’attends ce que je veux qui ne suffit pas. J’ai envoyé de nombreux messages, mais pas de réponse. Nous avons essayé d’appeler Yassine* directement, mais il n’y avait pas de réponse », raconte Michel.

À Lire  Crypto : Coinbase sous influence de la SEC !

Lire : Casablanca : bitcoin, partage et réception de 2 millions de dirhams

Le père de Yassine l’a contacté. Michel et sa femme l’ont trouvé dans un restaurant du centre de Jamea El Fna. « Nous avons tout perdu », lui a dit le père du fraudeur présumé. Il a promis de lui verser une indemnité pouvant aller jusqu’à 30 %. Un arrangement peu satisfaisant pour le Français, puisque « son fils ne cesse de nous répéter que notre capital est sécurisé ». Fin juin, il a porté plainte pour escroquerie. Michel et sa famille ont été libérés 884 400 euros.