Pourquoi la crise des cryptomonnaies n’est pas une crise de…

La crise qui vient de frapper le marché des cryptomonnaies inquiète les investisseurs. Cependant, il faut faire attention à ne pas tout mettre dans le même panier.

La crise qui vient de frapper le marché des crypto-monnaies, avec la faillite de la plateforme FTX, inquiète les investisseurs, et c’est bien normal. Néanmoins, il faut faire attention à ne pas tout mettre dans le même panier, tout ce qui touche à la blockchain n’est pas toxique, au contraire. Revenons à l’essentiel.

Tous les tokens ne sont pas des cryptomonnaies !

Qu’est-ce qu’un jeton ? Le token est un token, une unité de compte qui existe dans un registre décentralisé : ce registre est appelé blockchain. Cette unité de facturation peut exprimer ce que vous voulez. Il existe une multitude de jetons, ils peuvent être d’utilité, de service, de sécurité… Ils sont simplement reliés par des caractéristiques communes et doivent surtout être transférables et partageables. Les NFT (Non Fungible Tokens), sont un type de jeton, ils ont les mêmes caractéristiques mais ne sont pas fongibles, ils représentent quelque chose qui ne peut pas être divisé, comme une œuvre d’art.

Le tout premier jeton était Bitcoin, la crypto-monnaie la plus populaire et c’est de là que vient la confusion. En d’autres termes, toutes les crypto-monnaies sont des jetons, mais tous les jetons ne sont pas des crypto-monnaies ! La crypto-monnaie n’est qu’une application de la blockchain et ce n’est pas la plus intéressante.

À Lire  Fidelity veut se lancer dans le secteur du métaverse

Exemple des tokens dans l’immobilier

La tokenisation de la propriété consiste à diviser une propriété en différentes fractions et à les vendre. Puisque vous ne divisez pas un immeuble ou une maison, vous créez une société qui s’appuie sur la propriété. La société peut alors émettre des actions. L’investisseur détient donc une part qui représente une part du bien. La tokenisation signifie simplement que ces actions sont représentées par des jetons et qu’elles sont enregistrées sur la blockchain : le registre numérique décentralisé mentionné précédemment.

Un security token, ou en bon français, un security token, n’a donc rien à voir avec une crypto-monnaie, et ne sera donc en aucun cas directement impacté par la crise qui secoue ce marché. Ce jeton a les mêmes droits, exigences et restrictions qu’une action. Les jetons de sécurité sont RWA, « Real World Asset ». Contrairement aux crypto-monnaies qui ne reposent sur rien, ici les jetons sont adossés à un atout bien réel.

Affronter la crise immobilière grâce aux tokens de valeur mobilière

Aujourd’hui, nous craignons également qu’une crise immobilière ne s’annonce. Le pouvoir d’achat du ménage baisse, les taux d’intérêt augmentent, les banques prêtent de moins en moins facilement, etc. Comment naviguer dans ce contexte de danger de crise immobilière ?

L’immobilier reste un marché important, avec de nombreux types d’actifs disponibles. Dans l’immobilier, il est courant de dire que l’investissement est essentiel, mais le timing est également essentiel. En effet, les cycles immobiliers sont plus longs que les cycles financiers mais ils existent. Selon le moment, certains actifs sont donc plus pertinents que d’autres. Il faut se positionner intelligemment, anticiper. Si une crise du logement éclate vraiment, les gens auront encore besoin de logement et donc diminueront tout simplement, mais la demande restera là. Investir dans l’immobilier résidentiel reste un bon moyen de protéger son épargne contre l’inflation.

À Lire  Investissement immobilier : un bon plan pour miser sur le Nord de la France ?

Il n’y a pas de magie : la valeur d’un security token est intrinsèquement liée au marché immobilier. Néanmoins, il présente certains avantages. Les jetons sont extrêmement liquides. Ils permettent d’entrer facilement, mais surtout de pouvoir sortir dès que l’investisseur a besoin de liquidités, sans intermédiaire. La tokenisation permet également d’émettre des actions à des prix plus bas, donc les barrières à l’entrée sont levées, car on peut investir à partir de 50 euros. Le security token est également un bon outil de diversification, car la blockchain permet d’investir dans l’immobilier dans le monde entier.

Investir dans des actions vous permet de bénéficier d’intérêts composés. Ce mécanisme n’est théoriquement pas envisageable avec des placements immobiliers qui ne procurent qu’un simple revenu, le loyer. Mais avec les tokens, les rentes perçues peuvent être automatiquement réinvesties dans d’autres tokens qui génèrent eux-mêmes des rentes.

On peut choisir de croire ou non aux crypto-monnaies, mais la tokenisation est un mouvement vertueux qui n’est pas près de s’arrêter.