Préservatifs gratuits en pharmacie à partir du 1er janvier : on vous dit…

Depuis le 1er janvier, tous les jeunes de moins de 26 ans peuvent obtenir gratuitement des préservatifs en pharmacie. Nous vous dirons tout sur les groupes cibles et les modes de livraison mis en place en pharmacie.

Les pharmaciens n’ont eu qu’un petit mois pour s’organiser après l’annonce du dispositif par le président de la République. Depuis le 1er janvier, les jeunes de moins de 26 ans peuvent se rendre en pharmacie pour obtenir gratuitement des préservatifs.

Pour qui? Comment?’ ou quoi? Pourquoi? France 3 vous dit tout ce qu’il faut savoir sur ce nouveau dispositif.

D’abord, le 8 décembre, lors d’une séance du Conseil national de relance centrée sur la santé des jeunes, Emmanuel Macron a annoncé le nouveau dispositif pour les 18-25 ans. Le lendemain, la mesure a été étendue aux mineurs, sous la pression des militants impliqués dans la lutte contre les infections sexuellement transmissibles (IST).

La gratuité des préservatifs s’applique donc à tous les jeunes de moins de 26 ans, garçons et filles, sans justificatif d’âge.

Pour les jeunes adultes, il s’agit d’un remboursement classique au tiers payant. Il leur suffit de présenter leur carte vitale pour obtenir des préservatifs gratuits à la pharmacie. L’assurance-maladie paie directement l’achat de la boîte sans que le client ait besoin de faire une avance.

Pour les mineurs, deux possibilités. L’achat peut s’effectuer comme pour les adultes, avec la carte sociale du parent auquel l’enfant est rattaché.

Si le jeune acheteur souhaite rester anonyme, l’achat sera transmis à l’assurance maladie avec un faux numéro d’assurance, la livraison des préservatifs n’apparaîtra pas sur le relevé de sécurité sociale des parents.

« ​​​​​​​Nous avons reçu l’information le 30 décembre et maintenant nous avons les modalités, on nous a donné des codes d’accès aux produits qui nous permettent une facture qui reconnaît la Sécurité Sociale, donc pour nous ça devient un classique », raconte Stéphane Pichon, le président de l’ordre, repose en paix. des pharmaciens des Bouches-du-Rhône.

À Lire  Pour des raisons de sécurité, l'Assurance Maladie a déconnecté France Connect

Le remboursement est pris en charge à 100% par Medicare et sans ordonnance.

Une seule box peut être livrée par jour. Mais il ne sera pas possible de choisir sa marque ni la gamme de préservatifs ou de parfum…. L’appareil appartient à deux marques de préservatifs en latex, qui ne sont disponibles qu’en pharmacie : Eden et Sortez Couverts, qui ont déjà été remboursées.

Vendus en coffret de 12€ à 2,60€ ou de 24€ à 5,20€, en taille classique et XL, les préservatifs Eden des laboratoires Majorelle sont déjà couverts à 60% par l’Assurance-maladie depuis décembre 2018, sans limite d’âge, mais jusqu’à présent seulement. sur ordonnance, pour prévenir huit infections sexuellement transmissibles dans la population générale de plus de 15 ans.

Les préservatifs « Découvrez » en boite de 12, taille standard, ont également été remboursés dans les mêmes conditions à partir de février 2019.

« Les jeunes n’allaient pas spécialement chez le médecin pour prescrire des préservatifs, mais ça facilite les choses, c’est une bonne incitation », note Stéphane Pichon.

Le pharmacien ne craint pas un problème de stock, « il est disponible chez les grossistes ».

Selon les données de l’Assurance-maladie, 542 893 boîtes (de 6, 12 ou 24 préservatifs) ont été remboursées en 2021, un chiffre en hausse de 31 % sur un an. Mais le dispositif est encore méconnu des jeunes : seuls 21 % des mineurs et 29 % des 18-24 ans en ont entendu parler.

Les préservatifs sont gratuits pour les moins de 26 ans, y compris les mineurs, en plus d’autres mesures de prévention comme la gratuité de la contraception pour toutes les femmes jusqu’à 25 ans ou encore la prise en charge du dépistage en vente libre pour les moins de 26 ans.

À Lire  Reynies. Un CPTS regroupe les professions de santé du Tarn et de Tescou

« L’un des enjeux majeurs est la santé des jeunes » dans le contexte de « la recrudescence des infections sexuellement transmissibles, qui sont une cause majeure d’infertilité », a annoncé le ministre de la Santé, François Bron, le 9 décembre sur BFMTV et RMC.

L’objectif est donc d’inciter les jeunes à mieux se protéger contre ces infections dont la fréquence a nettement augmenté dans cette tranche d’âge ces dernières années : +45% entre 2017 et 2019 chez les hommes, article du Monde paru le 12 janvier, 2022.

Avec la crise du covid et les restrictions, la situation s’est encore aggravée puisque les IST ont augmenté de 30% entre 2020 et 2021 selon le centre national de référence des IST. Cependant, la prévention des IST passe principalement par l’utilisation de préservatifs pour éviter la transmission des germes par voie sexuelle.

Selon une enquête menée en France en 2020 auprès de jeunes sexuellement actifs âgés de 14 à 24 ans, environ un quart des personnes interrogées n’avaient jamais utilisé de préservatif lors de rapports sexuels au cours des 12 derniers mois.

En France, l’âge moyen du premier rapport sexuel est de 17,6 ans pour les filles et de 17,2 ans pour les garçons.

Chaque année, entre 5 et 6 millions de préservatifs sont distribués gratuitement aux mineurs, que ce soit dans les points d’accueil et d’écoute des jeunes à l’infirmerie des collèges et lycées, dans les centres d’activités ou les MJC, etc. La société du sida à elle seule donne plus d’un million par an.