Qu’est-ce que le spectateur ?

Avez-vous déjà entendu parler de spectateurisme ou de « spectatoring » en anglais ? Ce terme, qui peut être assimilé à l’auto-observation, définit le comportement d’une personne qui lors d’un rapport sexuel va se concentrer sur elle-même, ses performances, son physique et même l’esthétique de la relation plutôt que sur ses sentiments.

La faute aux réseaux sociaux ? 

Pour mieux comprendre cette attitude, Diane Deswarte, sexologue et fondatrice du Kamami Club a accepté de nous éclairer sur le sujet. Selon elle, ce comportement prend de plus en plus de place dans nos vies depuis plusieurs années, la faute entre autres aux réseaux sociaux : « C’est quelque chose qui prend de plus en plus de place dans les relations sexuelles. Surtout avec une forme d’esthétique très standardisée que l’on retrouve sur les réseaux sociaux. Certaines personnes choisissent leurs lieux de vacances, leur déco de cuisine, leurs vêtements, leurs produits de beauté selon les codes d’Instagram ou de TikTok — et parfois la sexualité doit être esthétique alors que ce n’est vraiment pas important », dit-elle.

Et ce ne sont pas les seuls éléments à prendre en considération lorsqu’il s’agit de spectateurisme. Pour l’expert, les complexes ont aussi leur rôle à jouer dans cette attitude : « Cela peut se manifester à travers le corps et les complexes qu’on veut cacher même à son partenaire, voire à soi-même ou encore des mimiques par rapport aux films, on veut si il y a des rondeurs, pour que ce soit beau, pour qu’il y ait de l’intention ou même de l’anxiété de performance : il faut lubrifier, il faut avoir une érection, il faut durer longtemps, on a joui fort, etc.

À Lire  CBD : l'essentiel à connaître avant d'en prendre

Problème? Quand on projette une image qui n’est pas la réalité, à laquelle on veut absolument coller, on perd le lien avec le partenaire ainsi qu’avec les sensations.

Comment détecter le spectatorisme ? 

Selon le professionnel, plusieurs signes peuvent permettre de déceler le spectateurisme, aussi bien pour vous que pour votre partenaire. Diane Deswarte explique : « Ouais, on peut en parler. C’est la base : parler de sexualité, hors du sexe, hors de la chambre. On peut se poser des questions. Par exemple : à quoi pensez-vous pendant les rapports sexuels ? Votre apparence est-elle importante pour vous ? Avez-vous le sentiment d’être totalement présent ? » confie la sexologue. Mais attention : Diane Deswarte prévient : « si on veut des réponses honnêtes, alors il faut aussi être prêt à entendre des choses auxquelles on ne s’attend pas forcément ».

Et ce ne sont pas les seuls signes : « En général, s’il y a un miroir dans la pièce, ça peut être un bon indicateur, tu regardes beaucoup, regarde ton corps. Et en général la personne essaie de retrouver ses cheveux, sa position, de rentrer son ventre. De toute évidence, il y a un manque de naturel ou de fluidité.

5 conseils pour lutter contre le specatorisme : 

Il n’y a pas de secret, si vous ne voulez pas être spectateur, vous devez apprendre à faire l’amour en toute conscience. Cela se traduit simplement par une connexion à l’autre : « C’est vivre l’instant présent, se connecter à l’autre : émotionnellement parlant, sexuellement parlant. Même si c’est une aventure d’un soir ! Concentrez-vous sur les sensations, sur le toucher, sur les mots : soyez attentif à ce qui se passe, soyez réceptif », explique Diane Deswarte.

À Lire  A 25 ans, Mao Aoust, ex-dealer, dirige un empire CBD avec un chiffre d'affaires de 21 millions d'euros

Pas de panique, il est tout à fait possible de combattre cette attitude. Parmi les conseils prodigués par la professionnelle Diane Deswarte, on retrouve tout d’abord le rapport au corps. Comment changer la perception que nous avons de notre corps ? Prendre soin de soi, se connecter à son corps. Ensuite, on remarque aussi la pleine conscience en se connectant aux sensations : « au quotidien, certaines pratiques de pleine conscience peuvent aider, comme le yoga ou la méditation classique ou orgasmique », explique la sexologue. Enfin, le sexologue s’assure que la communication avec votre partenaire est primordiale.

Bien sûr, il est recommandé de consulter un sexologue pour répondre à cette question et apprendre à trouver un équilibre sain dans les relations sexuelles.