RAPPORT. Au RC Lens, une séance hebdomadaire de yoga pour relâcher les tensions

Une soirée de décembre à La Gaillette, centre d’entraînement du RC Lens. Au détour d’un couloir, une voix chuchote, ponctuée de claquements de doigts : « Un deux trois, un deux trois ». Depuis l’été 2020, les jeudis sont une séance de yoga pour les joueurs de l’équipe lensoise. Assis en tailleur, les yeux fermés, les cadres se laissent guider par l’enseignante Anne Lejot.

Quelques minutes plus tôt, cependant, la vue était complètement différente. Lancer des balles, musique forte sur les téléphones et rires : l’installation des joueurs ressemblait à une animation d’un camp d’été. Au lendemain de la fin de la 16e journée de Ligue 1 sur un nul 2-2 à Clermont-Ferrand, l’équipe des Sang et Or qui est revenue hier soir semblait épuisée. «  » Annette « , je n’ai dormi que trois heures, soyez à l’aise avec nous aujourd’hui », a lâché le capitaine Seko Fofana dans un sourire. « J’ai les yeux lourds », a ajouté Gaël Kakuta au fond de la salle. Pouvons-nous éteindre la lumière ? » Cependant, suite aux ordres du coach, le calme s’est peu à peu étendu à la salle de musculation qui, pendant trois quarts d’heure, s’est transformée en studio de yoga.

Les sportifs de longue date, notamment le numéro 1 mondial de tennis, Novak Djokovic, applaudissent de plus en plus la pratique du yoga par les instances dirigeantes des sports collectifs. Le club de Lorient a débuté en décembre 2020 quelques semaines après le centre de formation du MHSC. Les Three Lions (l’équipe anglaise de football) ont quant à eux pleinement intégré une forme de yoga dans leur préparation à l’Euro 2020, suivant les conseils du XV de la Rose, qui l’a expérimenté lors de la Coupe du monde 2019 au Japon.

Pour Anne Lejot, les bienfaits de cette pratique pour les footballeurs sont réels, notamment sur le plan psychologique. Avec Sang et Or, il travaille sur la récupération et la régénération physique et mentale. « Je me concentre principalement sur la dimension psycho-mentale, a-t-il expliqué. J’essaie de reposer leur cerveau tout au long de la saison et de maintenir la pression autour de leur travail. Le but est de vraiment les libérer psychologiquement. »

À Lire  10 stages de sport à l'école -

Et les techniques du professeur qui a débuté des séances avec l’équipe U17 au RCL en 2017 fonctionnent. « C’est fou parce que tu te concentres sur quelque chose et à un moment donné tu oublies le reste », a déclaré le tacle droit Jonathan Clauss. Il apprécie ce moment de détente, car la pression baisse. « Exercices, musique, chuchotements : tout est pensé pour optimiser la détente et la détente. Et ça marche. J’ai vraiment l’impression d’être complètement ailleurs, déconnecté et très calme. »

L’équipe de direction voit également une différence dans les effectifs. « Les gardiens sont toujours très contents d’aller à la séance du jeudi », confie l’entraîneur des gardiens Thierry Malaspina. Ça les remet à zéro et compense aussi le travail que j’ai fait plus tôt dans l’après-midi. » Selon lui, le yoga apporte quelque chose de plus à la préparation physique des joueurs. « C’est une approche très intéressante et différente, qui passe par le cerveau. Au final, ils n’ont pas besoin de passer par les mains d’un kiné. » L’entraîneur Franck Haise a déclaré au Parisien que ce moment de récupération physique et de recentrage « a été important pour que les joueurs se sentent bien et suffisamment calmes pour s’aventurer sur le terrain. »

Après s’être assis quelques minutes, les joueurs du RC Lens effectuent des exercices de yoga allongés sur le sol. (LOUISE GERBER / FRANCEINFO)

Pourtant, comme beaucoup, Thierry Malaspina était sceptique quant à la pratique du yoga : « Au début j’étais réticent, mais maintenant je sais que ça va m’aider à récupérer : j’ai l’impression que les muscles sont complètement vidés, toutes les toxines ont disparu. » Après la séance. , je ressens un certain bien-être ». Franck Haisek le bien-être qu’il ressent aussi, car il apprécie ce moment de « déconnexion du cerveau ». « C’est sympa ces moments où tu écoutes ton corps et ce qu’il ressent. »

La moitié de l’équipe senior assiste à des sessions hebdomadaires, et une fois par mois sont obligatoires pour les joueurs et le staff. « Il y a des réalisateurs qui n’ont pas raté une seule séance, certains se sont découvert une passion pour la détente », sourit Anne Lejot. C’est le cas de Jonathan Clauss, qui profite des exercices au coucher. « Je suis une personne nerveuse hyperactive. Avant, je devais me fatiguer les yeux devant les écrans, regarder la télé ou jouer à la console jusque tard dans la nuit. Depuis un an et demi, je suis plus calme, je pense à mes trois . Je respire et je m’endors beaucoup plus facilement », a déclaré le jeune homme de 28 ans.

À Lire  Lundi sain : le yoga est le mode de vie

Si le yoga a facilement trouvé sa place dans la préparation physique et technique des joueurs, c’est que les séances complètent le travail du reste du staff. « Le travail de chacun doit être respecté. Mon rôle, comme toutes les autres équipes d’encadrement, est d’optimiser les performances pour qu’elles aillent le plus haut et le plus loin possible », explique Anne Lejot, qui échange régulièrement avec les autres salariés.

Les séances demandent beaucoup de travail à la professeure de yoga, responsable du secteur préparation physique au STAPS d’Artois. « Le public de RCL est très différent de tout le monde. Il y a beaucoup de problèmes car leur corps est leur outil de travail », explique Anne Lejot, qui passe deux heures à préparer chaque séance. « Certaines positions peuvent être bénéfiques pour les gymnastes, mais dangereuses pour les footballeurs, deux catégories d’athlètes avec des niveaux de qualité musculaire et de souplesse très différents. »

Les joueurs et le staff doivent assister à une séance de yoga au moins une fois par mois. (LOUISE GERBER / FRANCEINFO)

Si les attitudes doivent être adaptées à la personne, le coach adapte également les séances au planning et aux résultats. « Après la victoire 4-0 contre Brest, j’ai organisé une séance ‘tourner la page et rebondir’. Avant le derby d’ouverture de la saison, le thème était ‘préparer un grand match' », explique Anne Lejot. . C’était certainement une séance spéciale après le superbe 16 derniers de la Coupe de France, que les Lensois ont remporté dans une finale pleine de suspense contre les voisins lillois.