Redressement de la BCE : l’euro numérique non programmable est…

L’euro numérique, version 2.0 de l’actuelle monnaie européenne, en chantier depuis 2019, peaufine son modèle. En empruntant des voies différentes, il semble que l’on se dirige vers un e-Euro qui ne serait plus programmable et dont le degré de confidentialité dépendrait des législateurs.

24 janvier 2023 – 11:58

Temps de lecture : 2 minutes

L’euro numérique, version 2.0 de l’actuelle monnaie européenne, en chantier depuis 2019, peaufine son modèle. En empruntant des voies différentes, il semble que l’on se dirige vers un e-Euro qui ne serait plus programmable et dont le degré de confidentialité dépendrait des législateurs.

Un euro numérique qui ne sera pas programmable

Le débat sur l’euro numérique avance, notamment sur son caractère non programmable. Créature exclusive de la Banque centrale européenne (BCE), elle semble vouloir s’émanciper de sa tutelle première pour irriguer la pensée politique. Un mouvement déjà initié par les ministres des Finances de l’UE en janvier, qui vient de nommer Fabio Panetta, membre de son conseil exécutif, à la tête de l’unité chargée de concevoir et de lancer l’euro numérique.

Les ministres des finances de l’UE discutent de l’euro numérique

Nathalie E. – 17 janvier 2023 – 13:28

La Banque centrale européenne (BCE) s’est lancée depuis quelques années […]

Dans une déclaration devant la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen le 23 janvier, Fabio Panetta, connu dans la cryptosphère pour ses diatribes virulentes contre les crypto-monnaies, qu’il compare notamment à des schémas de Ponzi, semble-t-il, a énoncé des options claires pour la monnaie qui devrait apparaître après 2025.

À Lire  Les cartes crypto anonymes par ZELF

Ainsi, et suivant les recommandations des collecteurs de fonds de l’UE, il affirme que le futur euro numérique ne sera jamais une « monnaie programmable » qui impose des contraintes aux utilisateurs.

La BCE n’imposera aucune restriction sur où, quand et qui les citoyens peuvent payer avec l’euro numérique. Si nous le faisions, nous offririons un bon. Et les banques centrales émettent des espèces, pas des obligations.

Le problème épineux de la confidentialité des données

Un revirement bienvenu, puisqu’il s’agissait jusqu’alors plus de limitation, de plafonnement voire d’intérêt négatif en cas de détention trop élevée d’une monnaie mal perçue, plus comme réserve de valeur que comme moyen de paiement.

L’euro numérique entre limites et plafonnement

Nathalie E. – 08 Novembre 2022 – 13:57

L’euro numérique, qui pour l’instant ne touche pas la plupart […]

Autre aspect essentiel abordé par l’architecte en chef de l’euro numérique : la confidentialité des données des utilisateurs. Un sujet tendu s’il en est, même s’il ne semble pas être au centre des préoccupations des citoyens qui, comme on le voit avec le bitcoin, sacrifient volontairement leurs données privées au profit d’une promesse de facilité de service. Mais, en tout état de cause, la confidentialité des transactions dans les régimes démocratiques n’est pas une question à négliger. Et la BCE semble enfin avoir pris conscience de l’ampleur du problème puisqu’en sortant de chez elle, invite les législateurs à se pencher sur la question. Mieux encore, il désigne les décideurs politiques comme les mieux placés pour décider du niveau de confidentialité accordé au nouvel objet monétaire.

À Lire  Crypto : Même innocenté, Do Kwon n'ira-t-il pas en prison ?

Nous vous proposons de n’avoir accès à aucune donnée personnelle. (…) Il vous appartiendra, en tant que co-législateurs, de décider de l’équilibre entre la vie privée et d’autres objectifs importants de politique publique.

Le sujet est complexe et la BCE a déjà présenté plusieurs options à explorer.

Je ne sais pas si l’euro numérique préserve la confidentialité des transactions…

Nathalie E.

Nathalie E. – 4 mai 2022 – 18:58

Condensé de L’actu Crypto

L’euro numérique est encore en phase préparatoire, mais le projet […]