Revalorisation des aides privées au logement pour compenser l’augmentation des loyers

Cette décision a été prise avec l’approbation de la loi sur le pouvoir d’achat. Cette revalorisation s’accompagne d’une limitation de la hausse des loyers. Pour les ménages concernés, ces mesures sont probablement une bonne nouvelle. Cependant, elles ne suffisent pas aux yeux de certains parlementaires. Les propriétaires et les locataires peuvent rencontrer des difficultés supplémentaires.

Le poids de l’inflation sur les ménages inquiète actuellement les dirigeants en France. Ainsi, le projet de loi sur le pouvoir d’achat propose des solutions visant à limiter ses répercussions. L’un de ses textes envisage de limiter la hausse des loyers induite par la hausse des prix. Une autre propose de réviser l’Allocation personnalisée de logement (APL) avant octobre 2022. L’objectif est d’accompagner les Français face à l’évolution des loyers.

Ces mesures ont déjà recueilli l’accord de la majorité à la Chambre basse. Reste à savoir s’ils seront efficaces et donneront les résultats escomptés. Des doutes surgissent chez certains parlementaires qui les jugent insuffisants.

>> CLIQUEZ ICI POUR COMPARER LES ASSURANCES HABITATION <<

Le loyer devrait progresser de 5 %

Le loyer devrait progresser de 5 %

Concrètement, les APL devraient bénéficier d’une revalorisation jusqu’à la hausse attendue des loyers. Soit 3,5% sachant que les autorités françaises se sont engagées à limiter la hausse des loyers à ce niveau. Cependant, l’impact sur les locataires soulève des questions.

La plateforme SeLoger place le loyer moyen en France à 723 euros. Les APL s’élèvent à 225 euros. Avec les révisions prévues, les bénéficiaires devraient gagner 8 euros, mais payer 25 euros supplémentaires.

À Lire  Code de la route trottinette électrique : que dit la loi ?

La situation des propriétaires est en même temps préoccupante. En raison de l’inflation, l’indice des loyers de référence (IRL) a augmenté de 2,5 % en un an. Entre les trois premiers mois de 2021 et la même période en 2022. Suivant la tendance à la hausse des prix, il devrait atteindre 5 %. Un niveau qui est loin du plafond décidé par le gouvernement.

De plus, les propriétaires doivent payer d’autres dépenses telles que l’assurance.

Il est recommandé d’utiliser un comparateur d’assurance habitation pour trouver des offres intéressantes.

Tant pour le prix que pour la couverture.

Une proposition étudiée depuis le mois de juillet

Une proposition étudiée depuis le mois de juillet

Malgré l’adoption du projet de loi sur le pouvoir d’achat, plusieurs questions restent sans réponse. Des idées ont également été partagées.

Pour certains, les APL devraient bénéficier d’une revalorisation plus conséquente. Pour d’autres, le plafonnement des loyers est loin d’être approprié pour les propriétaires. Il faut aussi tenir compte des ménages qui ne peuvent pas bénéficier d’aides au logement. Leur proportion équivaut pourtant à la moitié de la population française. Autant de logements qui doivent trouver le moyen de garantir eux-mêmes l’évolution des loyers.

Le plafonnement de l’IRL devrait être effectif à partir du troisième trimestre 2022. La hausse des APL est à l’étude depuis juillet. Toutefois, elle ne devrait pas avoir lieu avant le 1er octobre 2022 si la procédure habituelle est suivie. Outre ces mesures, les autorités prévoient de restituer d’ici 2022 les impôts et les cotisations sociales aux contribuables français. Tout cela achève également la revalorisation du salaire minimum (Smic).

À Lire  Télétravail : la Maif reporte le retour à la "normalité" in situ