Témoignage d’un producteur de chanvre dans l’Yonne

Mais dans le cadre de sa série « Wae in the Field », Terres Inovia nous partage le témoignage d’Anicet Bretagne, producteur de chanvre. Pour l’agriculteur d’Icaun, les avantages de la ferme sont nombreux : « c’est d’abord une plante qui demande peu d’utilisation, elle demande peu de fertilisation et pas de nourriture dans son cycle. Et il y a beaucoup de réserves », dit-il. .

En effet, nous récoltons des graines de chanvre, appelées graines de chanvre, qui peuvent être utilisées aussi bien en alimentation animale (oiseaux, appâts de pêche, etc.) qu’en alimentation humaine. « Pour la paille, vous pouvez utiliser des fibres de bois (ciboulette) et de la poussière. Parmi les principaux supports : la pâte à papier, le tissu, le plastique… ». Autres possibilités : « la fleur et la feuille de chanvre en passant par le CBD. Nous avons maintenant l’autorisation de récolter, ces organes sont les plus riches en CBD », a déclaré Louis-Marie Allard, ingénieur développement chez Terres Inovia.

Retrouvez le témoignage d’Anicet Bretagne dans la vidéo (cliquez sur le slider pour lancer la vidéo) :

« Le changement de tête, c’est bien aussi : un grain de chanvre équivaut à un grain de haricot ou à un grain de colza », a ajouté l’agriculteur. « Grâce à son pivot qui lui permet de descendre pour récupérer l’eau, c’est une bonne plante pour la structure du sol. » Economiquement, le chanvre représente la « 2e meilleure » culture de son exploitation, après le blé tendre, confirme Anicet Bretagne. Une coutume qu’il a contractée pendant 5 ans, dans une tonne d’espoir.

Parmi les aspects de vigilance, l’agriculteur insiste sur la partie de la mise en œuvre qui « peut être assez sensible. Il faut faire en sorte d’intervenir dans les bonnes conditions ». Les vendanges demandent aussi de la vigilance, précise Louis-Marie Allard. Selon ce problème, il y a deux voies possibles. Le premier, utilisé par Anicet Bretagne, se fait en deux temps : « On vient tailler l’arbre en hauteur pour récolter les graines avec une moissonneuse-batteuse traditionnelle. Ensuite on utilise le quartier poulet et une peau ronde. » « Pour l’autre méthode, la récolte se fait avec un seul bus avec des équipements équipés de becs Kemper. Toute la biomasse entrera dans le convoyeur et sera triée, avec les graines de chanvre d’un côté, et enroulera la paille derrière la machine.

À Lire  Après la qualification du Maroc en demi-finale de Coupe...