Trafiquant de drogue à Meaux : relaxé par la justice, rouvre une boutique CBD

Depuis 2 semaines, le magasin CBD du centre-ville de Meaux a rouvert. Il a été fermé après un contrôle qui a révélé un taux de THC supérieur à la limite légale dans les produits

Par Laura Bourven

Publié le 22 septembre 22 à 19h28

Nouveaux produits, une gamme élargit

Nouveaux produits, une gamme élargit

Tout a changé au magasin CBD (cannabidiol, une molécule naturelle présente dans le cannabis), BeWell, rue du Général Leclerc à Meaux (Seine-et-Marne). L’entreprise, aujourd’hui fermée il y a un an et demi, a pu rouvrir sous le nouveau nom de Deli Hemp il y a deux semaines après plusieurs mois de bataille juridique.

Aujourd’hui, Bassim Fayçal veut recommencer. En plus de changer le nom de l’enseigne, le vendeur a complètement changé le décor du magasin. Fini le faux gazon au sol. Place au parquet sous une ambiance minimaliste.

Une suspicion de vente de produits stupéfiants 

Une suspicion de vente de produits stupéfiants 

Un espace détente a également été créé à l’arrière du magasin pour permettre aux clients de boire un thé et de tester les nouveautés en vente. Nouveaux produits car le magasin travaille également avec un autre fournisseur. Dans ce magasin, le public trouve toujours du CBD en fleur, mais aussi pour les animaux, de l’huile d’argan cosmétique et comestible, de l’amlou, une sorte de berbère marocain, et des cigarettes électroniques. .

En mars dernier, Bassim Fayçal, gérant du magasin BeWell, et son supérieur ont été acquittés par le tribunal correctionnel de Meaux. Ils ont été jugés pour possession et fourniture ou transfert non autorisés de stupéfiants. « C’était très stressant. J’avais peur du jugement, mais j’avais confiance en la justice et j’avais raison », raconte Bassim Fayçal.

À Lire  Couronne. La 2e édition du Salon de la beauté naturelle et de l'artisanat local, ce week-end

Au printemps 2021, plusieurs policiers avec des chiens, l’Urssaf, représentant de la ville de Meaux, se présentent au commerce pour un contrôle, sur ordre du procureur de la République. Les chiens s’arrêtent devant divers produits et la police finit par récupérer la marchandise pour vérifier le taux de tétrahydrocannabinol (THC), la principale molécule active du cannabis, des produits CBD en vente.

Il est légal de vendre des produits CBD s’ils contiennent moins de 0,3 % de THC. Mais selon la procureure de Meaux en exercice au moment des faits, Laureline Peyrefitte, ce n’était pas le cas au magasin Bewell, « l’analyse de certains produits a révélé des taux de THC supérieurs à la limite autorisée », nous a-t-il confié.

Après analyse par un laboratoire indépendant, les produits vendus présentaient une teneur en THC comprise entre 0,57% et 0,92%. Mais le tribunal a estimé que Bassim Fayçal et son supérieur ignoraient le caractère illicite de certains des produits vendus.

Le vendeur a depuis changé de vendeur, sans rapport avec cette affaire, dit-il. C’est quand même impressionnant que votre nouveau fournisseur fasse de nombreuses vérifications avant d’expédier les produits. « Là, nous sommes sûrs ! Il promet.