Un bilan mitigé pour les commerçants de la ville

ce qui importe

Soldes d’hiver. Quatre semaines pendant lesquelles – du 12 janvier au 8 février – la vie du centre-ville est interrompue par des promotions et un afflux de clients en quête de prix abordables. Mais encore une fois, le dynamisme tant attendu des commerçants semble s’être estompé face à un contexte sanitaire morose.

Fin février, quelques semaines après la fin de la braderie, les commerçants du centre-ville de Carcassonne dressent un bilan mitigé de leur activité. Il n’y a pas foule dans les rues de la Bastide. La suppression progressive des restrictions sanitaires – notamment l’arrêt du port du masque en extérieur – ne semble pas avoir permis aux Carcassonnais de s’accommoder des soldes.

Pour Cécile, gérante du magasin Minibouilles situé au cœur de la Bastide – rue Armagnac – « le contexte sanitaire y est pour beaucoup ! C’est d’ailleurs ce que j’entends quand j’en parle à d’autres enseignes. La vente a quand même fait le plein de des cas positifs et des contacts, alors « c’est évidemment très paisible. Ce n’est pas facile pour les commerçants », déplore-t-elle.

Ensuite, à l’angle de la rue Armagnac et de la rue de la République, Clément et Salomé sont à la tête du comptoir des animations. Restaurant, café-jeux et boutique, ici on peut tout faire : boire, manger, jouer ou les trois à la fois. Ou même acheter un jeu de société. Même remarque pour ces managers : « C’est évidemment moins dynamique », lance Salomé. Malgré les soldes, qui devraient redonner de l’énergie au centre-ville, « la fréquentation n’a cessé de chuter fortement », disent-ils, « d’autant plus que nous sommes en pleine période de vacances scolaires. D’habitude c’est une période importante pour nous… » sur sur place, on a beaucoup moins de monde qu’avant », notent les deux managers. « Avant, le samedi par exemple, il y avait beaucoup de monde. En ce moment, il n’y a évidemment pas de foule. Et ça se voit généralement dans la ville », explique Salomé. Et d’ajouter : « On ne veut pas non plus se plaindre car on est toujours là, malgré la crise du Covid ! » A la fois chaleureux et original, ce lieu se veut intergénérationnel et convivial, alors préparez-vous, préparez-vous, mangez !

À Lire  Epic Games Store : Cette semaine vous propose un FPS incontournable avec les nazis !

Ouverte depuis quelques mois seulement, Stéphanie est la gérante de la boutique Muy Mucho, rue George Clémenceau, l’une des principales rues commerçantes de Bastide. « J’espère qu’en m’installant ici je participerai à relancer la dynamique du centre-ville, mais la vérité est qu’il n’y a vraiment pas foule », a témoigné le responsable.