Ventes : Chaumont se démarque et ressemble à Paris – JHM

Commerce. A Chaumont, comme pour prolonger le plaisir, les soldes d’été se sont terminées le 19 juillet à 21 heures. Côté soldes, les commerçants de Chaumont sont plutôt satisfaits de cette période. Cela représente une augmentation d’environ 10 % du chiffre d’affaires par rapport à 2019.

Chaumont n’est pas la France, mais pour une fois Chaumont ressemble à Paris. La question ici n’est pas sur les élections, mais sur les ventes et leur succès. Elles ont commencé le 22 juin et se sont terminées le 19 juillet par une opération spéciale organisée par l’UCIA. Les commerçants pouvaient, s’ils le souhaitaient, ouvrir les portes entre 12h00 et 14h00 et prolonger la joie jusqu’à 21h00. Certains en demandent plus, pensant qu’avec la chaleur du jour, ouvrir les commerces jusqu’à 23h ou minuit aurait été l’idéal.

« L’augmentation des ventes est due au retour des cérémonies comme les mariages ou les baptêmes. »

Quoi qu’il en soit, les premiers bilans des quatre semaines qui viennent de s’écouler sont déjà tirés et sont plutôt positifs. « Correct », « très bien » et même « parfait » ne manquent pas de qualités aux commerçants pour exprimer leur satisfaction.

Elles sont d’autant plus remarquables qu’au niveau national on parle d’une baisse de 10% du chiffre d’affaires des soldes d’été 2022 pour les grands magasins et les enseignes de mode par rapport à 2019, qui reste l’année de référence avant la crise sanitaire. et ses conséquences. Dans le cas du trafic en magasin, la baisse est encore plus importante – 21 %.

A Chaumont, l’ambiance est complètement différente. Si la fréquentation est stable, le chiffre d’affaires augmenterait en moyenne de 10% par rapport à 2019, tout comme… Paris.

Multiples raisons au succès des soldes

De nombreux commerçants admettent ne pas en connaître les raisons. L’un d’eux, vendeur de produits locaux, estime que les opérations spéciales de l’UCIA portent leurs fruits et que ses collègues savent saisir les opportunités. Il pense à la nuit des soldes, à la braderie et à ce jour. « Toutes ces actions dynamisent le centre-ville et du coup les clients comprennent que tout se trouve à Chaumont. Nous devons le signaler. »

Le détaillant d’accessoires admet qu’il n’a jamais travaillé aussi dur. Cela va même au-delà de la vente et place cette reprise à la mi-mai. « Juin a été extraordinaire », a-t-il déclaré. Il cite les raisons : liberté retrouvée après le Covid, temps ensoleillé, élections qui ne réduisent plus la consommation, envie de se faire plaisir… De passage également à Langres, il remarque aussi une réelle envie de consommer dans l’afflux des touristes.

Entre autres raisons du succès de ce Chaumont, certains vendeurs citent le prix de l’essence, qui empêche les ménages de se déplacer à Dijon, Troyes ou Nancy.

L’effet “cérémonies”

L’effet “cérémonies”

Dans un magasin de vêtements pour hommes, l’augmentation du chiffre d’affaires dépasse facilement les 15 %, et l’explication est encore différente. « L’augmentation des ventes s’accompagne du retour des cérémonies, comme les mariages ou les baptêmes. Comme il y en a plus, les hommes achètent des costumes », explique la vendeuse.

Ce phénomène est d’autant plus vrai que la mode est codée par couleur lors de ces cérémonies, et donc les participants ne peuvent pas toujours recycler les vieux vêtements.

Il en va de même pour les vêtements pour enfants. Le gérant du magasin l’appelle une année de vente « globalement bonne ». Il revient sur ce savoir : « C’est important de montrer qu’on existe, qu’on a quelque chose à offrir ». Il fait partie de ceux qui veulent jouer le jeu lorsqu’il est proposé d’allonger les horaires de travail ou de participer à une opération commerciale.

Laisser un commentaire