Ventre gonflé : soulagez vos ballonnements avec ces poses de yoga

Cette semaine, il n’y a rien à faire, votre ventre est dur et gonflé. Peu importe à quel point vous essayez d’entrer, rien ne fonctionne. Demandez-vous si vous êtes enceinte. Cependant, le test est très mauvais. En effet, vous avez l’habitude de voir votre ventre gonfler, dès que vous mangez, attendez vos règles ou êtes un peu (trop) nerveuse. Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. Les ballonnements abdominaux sont fréquents chez de nombreuses femmes.

Pourquoi avons-nous le ventre gonflé ?

Pourquoi avons-nous le ventre gonflé ?

Un ventre gonflé peut être le symptôme de plusieurs raisons :

Les exercices de yoga à pratiquer

Les exercices de yoga à pratiquer

Sur TikTok, Cissy Nansera, professeur de yoga, a posté une vidéo dans laquelle elle montre cinq postures pouvant soulager les ballonnements. « J’essaie de proposer des options parce que je sais que tout ne convient pas à tout le monde », a-t-il écrit. On y retrouve la vidange du ventre qui se pratique beaucoup en ce moment mais aussi l’arrêt de l’enfant ou encore la position de l’aigle. C’est à vous de décider ce qui vous convient le mieux.

Comment éviter les ballonnements au quotidien ?

Comment éviter les ballonnements au quotidien ?

Si les postures de yoga sont vos amies, il est important d’avoir une hygiène de vie qui aide à combattre la sensation de gonflement et donc un ventre gonflé. La première note à écouter est la plaque. Ce que vous mangez est très important pour un estomac sans gaz. Il faut boire beaucoup (1,5l minimum par jour) pour commencer. Et, il faut éviter le sucre raffiné, les sodas, les gâteaux industriels, la charcuterie, les produits trop salés ou caoutchouteux. Mangez des légumes cuits, des aliments riches en fibres, des céréales et des protéines. Enfin, mangez lentement.

À Lire  10 choses qui peuvent faciliter la vie des voyageurs en Thaïlande

Pour éviter l’enflure, vous pouvez également vous masser. C’est certainement l’un des meilleurs moyens de calmer votre estomac.

Laisser un commentaire