VIDÉO. Musculation : à Bastia, les deux champions du monde s’entraînent ensemble

Publié le : 18 novembre 2022 à 14h20

Laurent Bernardini et Jean-Philippe Cesari sont champions du monde de musculation. A Bastia, les deux amis s’entraînent au BNS Gym, qui appartient à Laurent. Il y prépare son prochain concours qui lui permettra, peut-être, de décrocher une carte professionnelle, les 19 et 20 novembre à Rome.

Entourés de fonte, Jean-Philippe Cesari et Laurent Bernardini soulèvent les derniers poids. Après 1h30 d’effort, l’entraînement d’aujourd’hui est terminé. Dans le miroir, ils admirent le résultat de plusieurs années de musculation.

Les deux Bastiais sont champions du monde de musculation, chacun dans sa catégorie.

« Ce que j’aime dans ce sport, c’est le travail de se sculpter, je le vois comme une discipline artistique », définit Laurent Bernardini. « On essaie d’atteindre notre idéal, même si on sait que la perfection n’existe pas », renchérit son ami Jean-Philippe Cesari.

Multiples médaillés, les deux passionnés se soutiennent. L’un est même à l’origine de la carrière de l’autre. « J’ai commencé la compétition en 2015, et Laurent m’a aidé à m’entraîner et à construire mon régime alimentaire », raconte Jean-Philippe Cesari.

Cette année-là, les Bastiais enchaînent les titres amateurs : champion de France, puis vice-champion du monde. Un succès qu’il continuera de connaître les années suivantes, jusqu’à son premier titre de champion du monde, en 2020. Il l’a remporté à Santa Susanna, en Espagne, dans la catégorie musculation fitness « Physical Men’s Master » organisée par l’IFBB (Fédération Internationale de La musculation) .

L’obtention d’une carte professionnelle

Cette année, il est arrivé quatrième du championnat amateur. « Un peu une déception », pour le sportif qui ne ferme pas la porte aux compétitions à l’avenir « mais certainement pas l’année prochaine, plus tard », note-t-il.

À Lire  Decathlon lance un programme complet de musculation pour tous les niveaux

Laurent Bernardini est en pleine préparation. Les 19 et 20 novembre, il tentera d’obtenir une carte de bodybuilder professionnel : « Le but est d’aller en Pro league, le NPC (The National Physique Committee), explique-t-il. C’est une fédération américaine qui fait les plus grosses compétitions de musculation. dans le monde accessible aux professionnels.

LIRE AUSSI. Un Bastiais champion du monde de bodybuilding

Depuis plusieurs décennies, le champion tente de sculpter son corps. Il a pris son premier poids à 16 ans : « A 18 ans, j’avais déjà pris 20 kg », ajoute-t-il.

Mais il aura fallu attendre sa quarantième année pour que le fanatique décide de se mesurer aux autres bodybuilders. « C’est une approche différente quand on fait de la compétition, on suit un régime très strict, il faut prévoir les périodes de prise de masse, puis les périodes sèches pour bien définir le muscle. Il faut vraiment participer à 100% », a-t-il expliqué. Il a notamment été sacré champion du monde en 2021, dans la catégorie Master 50-54, des plus de 80 kg.

750 m² dédiés à la pratique sportive

Les deux amis s’entraînent presque tous les jours au BNS Gym, propriété de Laurent Bernardini. Il a ouvert ses portes en mars 2021, dans le quartier de Montesoru, à Bastia. Ci-dessus, magasin de fitness et de nutrition. Au total, un terrain de jeu de 750 m² pour le carrossier : « Avec l’ouverture de cette salle, j’ai pu concilier ma vie de famille et ma passion, ma femme s’occupe de la boutique et je m’entraîne en bas. » Dans la foulée, le champion a passé son diplôme de formation. « J’ai vraiment commencé à m’intéresser à la pratique des autres il y a 3 ou peut-être 4 ans, dit-il. Depuis, je m’efforce de donner des conseils professionnels de premier ordre. »

À Lire  Quels sont les groupes musculaires à cibler en musculation pour…

LIRE AUSSI. Dossier. Body-building : de muscles et de fonte pour ces Bastiais

Un conseil dont bénéficie Jean-Philippe Cesari, qui gère ses stages entre cinq et six semaines parallèlement à son activité de gestionnaire de bus pour la ville de Bastia : « Avec Laurent, nous avons noué une relation d’amitié et de confiance. A l’ouverture de sa salle de gym il était logique que je vienne chez lui, même si aujourd’hui il ne m’entraîne pas strictement et ne parle pas.

Rendez-vous des champions, mais surtout des sportifs, Laurent Bernardini a souhaité créer une « ambiance familiale » et privilégier « la qualité et la participation de ses adhérents par rapport au nombre de clients ».

Pour s’y entraîner, il faut débourser 59,90 euros par mois la première année. Même si le prix baisse, la chambre reste l’une des plus chères du rassemblement bastiaise, « qualité prix », pour son propriétaire.